lundi 15 décembre 2008

La neige et le tire-bouchon…



Un jardin sous la neige, en Isère, hier… Chez Monique, compagne du Vonvon, poète mortiburlesque, qui rote qui pisse et qui pète ! Il est poète… !

Et un texte de Gaston Couté, poète du début du 20e siècle.
Lisez-bien, cela ne vous rappelle rien ?

IL AVAIT UN TIRE-BOUCHON ! 

Gaston Couté


Air: Elle avait un’ jambe en bois

On a traduit en correctionnelle à Paris, un homme, sous l'inculpation de port d'arme prohibée - on l'avait trouvé porteur d'un tire-bouchon. Les Journaux



D'puis quéqu's jours la Police

Se dépensait en vain.

Mais grâce à sa malice,

Ell' triomphe à la fin ;

Ell' vient de mettr' la patte

Sur un individu

Dont la noirceur éclate

d'façon inattendu'

Car au moment

D'son « emball'ment » :


Il avait un tir'-bouchon

Dans la poch' de son veston ;

On s'demande où s'arrêt'ra

L'audace des scélérats ?

Ah !

Il avait un tir'.bouchon...

Afin d'tirer les bouchons

Lorsqu'il voulait déboucher

Des bouteill's trop bien bouché's...

L' co-chon !

Il avait un tir'-bouchon !


«Ah ! lui dit l' commissaire

D'un p'tit air connaisseur,

Du crim' de la Glacière

Seriez-vous l'auteur ?

Car enfin, sapristoche !

Je ne crois pas m'tromper,

Vous avez dans votr' poche

Une arme prohibé' !

Et l'garnement

R'prit cyniqu'ment :


- Ça ?... mais c'est un tir'-bouchon

Que j'porte dans mon veston !

(On s'demande où s'arrêt'ra

L'audace des scélérats?)

Ah !

- Ça ?.. mais... c'est un tir'-bouchon

C'est pour tirer les bouchons

Lorsque j'ai-z-à déboucher

Des bouteill's trop bien bouché's »

L' co-chon

Il avait un tir' -bouchon !

« N'êt's-vous point - lui dit l'juge –

C’ saboteur endurci

Qu'a fait tant de grabuge

Durant tous ces temps-ci ?

Car si de sabotage

Vous n'vous mêliez null'ment,

A quel sinistre usage

Vous servait c't'instrument ?

Et le bandit

Lui répondit:


- Ben quoi ?.. C'est un tir'-bouchon

Que j'porte dans mon veston

(On s'demande où s'arrêtera

L'audace des scélérats ?)

Ah !

- Ben quoi ?... C'est un tir'-bouchon...

C'est pour tirer les bouchons

Lorsque j'ai-z-à déboucher

Des bouteill's trop bien bouché's

L' co-chon

Il avait un tir'-bouchon !


« Vous avez - dit Lépine -

Conspiré ! Sans cela

Ce chos'... cette machine...

Ké qu' ça viendrait foutr' là ?

Non, ça n'est pas la peine

De m'creuser l'ciboulot

Car je tiens (quelle veine !)

Un' pièc' du complot »)

L' conspirateur

Fit « Et ta sœur ! »


Dans l'troubl' de leur âme

Les juges épatés

D'voir un êtr' si infâme

L'ont tout d'suite acquitté,

Se disant « Pas possible

D'condamner c'gredin-là

Son crime est trop terrible...

Fallièr's le graciera ! »

Rapport à ça

Il s'en tira !


La suite, là !
Les comédiens (diennes) chanteurs (teuses) sont vachement bien !



Édit : Ici, et .






3 commentaires:

Lifo a dit…

Merci pour le tire bouchon !

Le coucou a dit…

Sympa, merci!

marc a dit…

woaaaa
c la neige!!!